Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/05/2012

Objectif robinets, ou : Sisyphe, ça suffit !

Ce weekend férié a été consacré, en grande partie, au chantier : original, non ?

L’objectif était de trouver des robinets (jusque-là rien d’insurmontable, dirait-on) pour la cuisine et la salle de bain, ainsi que le système de douche. Il fallait aussi retourner à Ikea car deux des portes se sont avérées avoir un défaut : il fait donc les changer. Cela a été fait rapidement et sans problème, le SAV d’Ikea ne contrôlant même pas les pièces sur le mode  du «on fait confiance au client ». J’en ai profité pour changer les poignées des portes : j’avais prévu des boutons pour les portes des placards muraux, mais une fois en situation je me suis dit que ça allait faire bizarre et qu’il valait mieux mettre les mêmes poignées qu’ailleurs. Là aussi, pas de problème : « le client a le droit de changer d’avis ». Ils sont décidément cool ces suédois.

 

Samedi par contre, les joies de plan de campagne –heureusement modérément mondu, les gens ayant dû partir pour à l’occasion du weekend prolongé ou aller à la plage au lieu d’encombrer les centres commerciaux, ce qui nous arrangeait bien. Et là s’est ouvert devant moi un univers que je ne soupçonnais pas : le vaste monde du du robinet ! Du 1er prix à 8€ au modèle de luxe à 300€, des blancs, des chromés, des brossés, des colorés, des dorés, des avec douchette et des sans douchette, des avec des LED qui clignotent et changent de couleurs en fonction de la température de l’eau, des mélangeurs, des mitigeurs, des cous de cygne, des becs fixes et des becs pivotants... Waouh ! J’imagine qu’il y a plein de gens qui travaillent la dedans : la R&D du robinet pour inventer le modèle qui fera les frites et le café, voire réinventera l’eau tiède, le marketing du robinet pour faire croire au client que ce robinet précis est bien mieux que son voisin, toute une industrie pour au final le même service, faire couler l’eau dans nos cuisines et salles de bain.

Nous ressortons donc muni d’un mitigeur pour la cuisine, somme toute assez classique, puis commençons la même quête pour la salle de bain, avec la variation du même thème pour les douches. Même gamme de prix étendue, même multiplicité de détails et spécificités… J’ai sciemment écarté les installations sophistiquées de type spa, hydro massage ou pommeau géant « façon pluie », qui à moins d’avoir une salle de bain de 20m² doivent surtout servir à mettre de l’eau partout et à transformer la pièce en pataugeoire. Au final ce sera donc un robinet thermostatique (j’ai découvert ça à l’hôtel à Paris le weekend dernier, une fois le principe compris j’ai trouvé ça pas mal du tout) et une douchette à jet réglable –évidement, en rupture de stock au moment où nous voulions l’acheter.

 

Ne voulant pas rompre cette belle dynamique, je me dis que c’est le moment idoine pour retourner dans le magasin où j’avais vu le carrelage de salle de bain de mes rêves, histoire de faire un petit devis voire une petite commande. A peine devant le panneau d’expo, je vois une croix dessinée au marqueur noir sur le carreau, ainsi que sur toute une série de la même marque… aie … Mauvais augure ! La confirmation vient sans se faire attendre : la série ne se fait plus, l’usine a arrêté la fabrication de ce modèle. Arf … Je crois que j’en aurai pleuré de rage sur le moment !

Ça fait des mois que j’arpente tous les magasins de carrelage du pays d’Aix, et au moment où je trouve enfin quelque chose qui me plait, il faut que l’usine ait décidé d’arrêter la série ! Donc tout est à refaire, au détail près que je n’avais rien trouvé de palpitant sur les précédents showrooms, que ça devient urgent car la salle de bain est la prochaine pièce sur la liste, et que je n’ai en ce moment ni beaucoup de temps ni beaucoup de disponibilité pour cette quête …

 

Je me sens donc de nouveau dans une sorte de profonde empathie avec ce brave Sisyphe, à devoir recommencer à zéro un chapitre que je pensais avoir bouclé. Sauf que je suis sure que Sisyphe n’avait pas, en prime, sa mère au téléphone 12 fois par jour pour lui demander s’il avait fini de monter son rocher !