Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/03/2006

Jazz !

Vendredi, soirée jazz au Wally's Cafe. Des lustres que je ne m'etais pas trouvée dans une ambiance de cette sorte. Pile poil le genre de jazz que j'aime entendre en live : moderne, punchy, avec des musiciens qui ne font pas semblant. Les muciens en question semblent assez jeunes mais ils connaissent bien leur boulot. Batterie, basse électrique, piano rhodes, trompette et saxo, voila les ingrédients du cocktail.
J'aime quand la musique monte, s'intensifie, dans un crescendo rappellant l'entrée en transe, pour ensuite redescendre et s'apaiser dans un souffle. Je ne trouve cette sensation là qu'avec certaines musiques, dont le jazz live -et encore, pas toujours. Here it is .
Une foule de souvenirs me reviennent en mémoire et me ramènent a une certaine époque de ma vie. Mc Coy Tyner au festival de Juan les Pins, les concerts du Trio de Christian Vander, le sourire d'Elvin Jones et le cri de John Coltrane. La trompette de Miiles Davis. Welcome. Mon compagnon de route d'alors.
De cette époque aussi j'ai garde une habitude de suivre d'un peu plus près que les autres le jeu du batteur . Celui ci a un jeu sobre et efficace. Je souris à sa manière de faire tourner la baguette dans sa main, et quand il troque celles ci contre les ballais me revient la levee d'Aknowldgement, like a sunrise on the see, an opening flower ou l'envol d'un oiseau.
Je suis touchée par la simplicité et la sincérité avec laquelle la musique est jouée, meme si je déteste l'expression " ca vient des tripes " ( hum, quand on reflechit une seconde a ce qui vient reellement des tripes, on est moins sur que ce soit un compliment) . Vendredi soir, il y avait une présence.

03:20 Publié dans Voyage | Lien permanent | Commentaires (2)

Commentaires

Est-ce que tu voudrais nous expliquer qu'ayant vu Christian Vander sur scène, soit ce qui se fait de mieux en matière de batterie, tu aurais tendance à te demander ce qui manque aux autres batteurs que tu vas écouter sur scène ? J'ai longtemps été victime de ce phénomène et puis, un jour, finalement, j'ai trouvé que ma posture était très injuste. Comme s'il était normal de comparer un violent orage en montagne à un paysage de campagne sous un doux soleil de printemps, en trouvant que le premier est supérieur à l'autre. Finalement, je pense que non, ce sont des façons différentes de raconter les mêmes histoires.
Quant à tes histoires de tripes... raah, j'ai remarqué qu'en général, cette idée ne plaisait pas aux femmes. Va savoir pourquoi. Peut-être parce que souvent, vous avez une approche plus sentimentale que nous de la musique, alors que nous, sales mecs, sommes plus primaires... plus instinctifs !

Écrit par : Maître Chronique | 12/03/2006

Ne nous emballons pas, cher Maitre.
Je crois que l'on s'est mal compris. Loin de moi l'idée de comparer tous les batteurs de la création a Vander, en cherchant leurs défauts ou leurs manques. Il se trouve que j'ai été initiée au jazz par un musicien, un batteur, et que j'en avais appris a l'époque quelques rudiments. Il se trouve que c'est Magma et Vander qui m'ont amenée a écouter Coltrane, comme toi. J'ai donc une sorte de sensibilité ( ou de tendresse) particuliére pour cet instrument qu'est la batterie, mais pas du tout dans un jugement qui vise à pointer systématiquement des manques ou des défauts.
Quant a l'histoire des tripes, rien a voir avec la sentimentalité. C'est une petite tendance a jouer avec les mots, rien de plus. Pour la petite histoire et pour donner l'origine de ce vilain jeu de mot, j 'ai vu souvent sur des fora "litteraires" des gens poster des textes médiocres et récolter des compliments extasiés, dont le fameux "ca vient des tripes" : on pouvait souvent prendre la remarque vraiment au pieds de la lettre, certes dans sa plus grande trivialite mais aussi hélas dans une certaine verité. La plaisanterie est restée, depuis.
Au delà, quand je dis que je suis sensible a la sincerité avec laquelle est donnée une oeuvre, c'est aussi une maniére d'évoquer l'engagement de l'artiste dans ce qu'il fait, est ce qu'il s'y livre " body and soul" ou est ce qu'il le fait a la petite semaine. : bref, nous disons la meme chose, mais dans d'autres mots!
Mon article ne se voulait pas analytique, c'était juste un bouquet d'Impression(s) ;-) , une chaine associative où un bon moment raméne le souvenirs d'autres bons moments.

Écrit par : Eurydice | 13/03/2006

Les commentaires sont fermés.