Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/06/2006

Reflet de la vraie vie

 Aujourd’hui, mon travail consistait à accueillir, informer et orienter les nouveaux entrants dans le dispositif RMI.

Pour commencer, une réunion « d’information collective », rassemblant 20 à 40 personnes dans une pièce prévue pour 15, lesdites personnes ne sachant en général pas pourquoi ni comment elles sont là. Juste, elles ronchonnent parce qu’on les a fait lever tôt (pensez donc, une convocation à 9h, un vrai crime de lèse grasse matinée), on les a obligées à sortir de chez elles, on les a privées de leur « amour gloire et beauté » quotidien, bref, on leur fait des misères.        Là, le formateur est chargé de leur expliquer le RMI, sa vie, son œuvre…J’ai pensé intituler les sessions « Bienvenue dans le monde merveilleux du RMI » mais je ne suis pas sure que mon humour serait apprécié à sa juste valeur.        En gros, il s’agit de préciser les choses : pourquoi le RMI, comment il est calculé, qui le paie, qui le perçoit, quelles sont les obligations des allocataires, leurs droits et leurs devoirs…Tout ça ne prend pas beaucoup de temps, SAUF quand vous avez la chance d’avoir dans le groupe des énervés qui s’en prennent à vous et remettent en cause votre petit exposé et votre fonction (oui, ça s’appelle « faire le fusible » et ça fait partie du boulot.. on représente l’institution, -même si ce n’est pas le cas, et donc on est la cible désignée des mécontents, aigris et autres malcomprenants) En général, on constate que ce sont ceux qui crient le plus fort qui ne sont pas les plus à plaindre ou qui font preuve de la meilleure volonté en terme d'insertion... Ensuite, la série des entretiens individuels. Chaque personne ayant assisté à la réunion a droit à une demi heure d’entretien, où est effectué un bilan rapide de sa situation, pour savoir vers qui la diriger ensuite (ANPE, travailleurs sociaux,…) et traiter les cas d'urgence.  En général, c’est là que ça devient drôle. Le public concerné par le RMI est extrêmement diversifié, cela va de l’analphabète au jeune diplômé à bac+5 qui galère pour trouver 1er job, des mères de famille isolées aux cas psychiatriques, en passant par toutes les déclinaisons possibles de la loi de Murphy où du parasite professionnel. Une mine pour récolter des « perles » dignes d’enrichir le « bêtisier de la formation » que je promets depuis logtemps.

 

Pour le plaisir, voici donc un florilège de choses entendues  lors de différentes sessions de cette action ( étrangement, les énormités citées sont souvent l'oeuvre de messieurs ...et le formateur en question, qui reste souvent sans voix devant la « créativité » des stagiaires, c'est moi )

 

- Je ne peux pas travailler, je suis malade

- Ah, et de quoi souffrez vous ?

- J’ai un syndrome de fatigue chronique

- …..

( ah ben oui, forcément…les crises du lundi matin sont en général terribles… Conseil du formateur : expliquez le cas à l’ANPE et contactez la COTOREP , vous verrez bien ! Et voilà le monsieur reparti plein de l’espoir d’être exempté de recherche d’emploi et de vivre grassement de son AAH)

 

 

 

Le monsieur, très énervé : Vous DEVEZ me trouver un appartement !

Le formateur, zen : Je ne crois pas que ce sera possible, monsieur

Le monsieur, toujours énervé : Je ne partirai pas tant que vous ne m’aurez pas trouvé d’appartement ! je sais que vous en avez !

Le formateur, toujours zen : On va se voir souvent alors…mais ça ne sert à rien parce que je ne m’occupe pas de recherche de logement.

Le monsieur, encore agressif : Oui, mais ma femme elle est en Algérie, et elle doit monter à Marseille, et je n’ai pas d’endroit pour habiter avec elle

Le formateur, encore zen : Je comprend monsieur mais moi je ne peux rien y faire, voyez avec l’assistante sociale

Le monsieur : Je suis revenu d’Algérie exprès pour votre convocation ! J’ai traversé la Méditerranée exprès pour vous ! Et j’ai besoin d’un appartement !

Le formateur, agacé  : ….( c’est trop d’honneur…traverser la Méditerranée pour un nos beaux yeux…)

Le monsieur, très agacé : Et puis ma femme , je l’ai pas vue depuis 3 mois !( Ah ? mais je croyais qu’il revenait juste d’Algérie pour ma convo…j'ai du mal comprendre, ou alors il se fout de moi...) J’ai besoin du RMI pour monter ma femme ! ( traduction : pour la faire venir depuis l’Algérie à Marseille, mais j’imagine que s’il ne l’a réellement pas vue depuis 3 mois, son inconscient a du aussi s’exprimer un peu…à l’insu de son plein gré )

Le formateur, stoïque : c’est sur, avoir un appartement ce serait plus pratique pour monter votre femme…

 

 

 

Le formateur ( question de routine) : Avez vous des problèmes de santé qui pourraient vous gêner dans le travail ?

Le monsieur : Oui, j’ai une hernie cérébrale

Le formateur, intrigué  : Une hernie discale ?

Le monsieur, insistant, sur l'air de « il est con ce formateur » : Non, une hernie CEREBRALE !

Le formateur : ... (surtout ne pas rire…)

 

Autre réponse à la même question :                                                                                                                           - Alors , j’ai des mouvements dans la tête ( là, le monsieur, se met à décrire avec ses mains des cercles au dessus de son crâne en roulant des yeux derrière ses petites lunettes), ça me fait partir la vue et de l’électricité dans la jambe droite!

 

 

La dame : je viens pour la ficelle

Le formateur : ????

La dame : oui, tu sais, la ficelle pour le loyer

Le formateur : ah!! le FSL !!! ( ben oui, la ficelle que tu tires dessus et le loyer, il tombe! C'était bien vu finalement)

 

 

Et l'un des meilleurs, que j'ai gardé pour la fin :

 

Le monsieur, indigné : Mais je le gagne, moi, mon RMI ! Je travaille pas !

Le formateur : …..(que voulez vous répondre à ça ?)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

21:50 Publié dans Boulot | Lien permanent | Commentaires (2)

Commentaires

LE BETISIER! LE BETISIER! A QUAND LE BETISIER!
Je dois admettre que la matiere premiere est deja drolement allechante mais ton humour en fait un mets succulent, je me suis regalee!
En un mot: Enoooooooorme!

Écrit par : carpe diem | 13/06/2006

Je t'avais bien dit qu'un blog nous parlant à la fois de ton travail et de tes passions artistiques (poésie, chant) pourrait devenir un must.
On s'en approche et moi, j'en redemande ! Carpe Diem a bien raison, on se régale... et on attend la suite !

Écrit par : Maître Chronique -- content de son poulain | 15/06/2006

Les commentaires sont fermés.