Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/08/2011

Milonga revival

 


tango_388425.jpgJ’ai recommencé…. le tango argentin ! Enfin ! J’y pensais depuis un moment, toujours dans la nostalgie de mes années de fréquentation assidue de ce petit milieu il y a quelques lustres. Même le hasard s’y était mis, puisqu’en vacances nous sommes tombés sur un bal tango en plein air sur la place de la cathédrale de Clermont Ferrand.

Et là, je découvre qu’un cours s’est ouvert récemment quasiment en face de chez moi : c’était trop tentant !  Il m’a néanmoins fallu convaincre monsieur, qui m’a accompagnée avec plus de bonne volonté que d’enthousiasme, il faut avouer.

Nous nous sommes donc retrouvés dans une salle plutôt chaleureuse, avec parquet de danse et miroir au mur comme il se doit. Les profs sont sympas, ça me change de certains connu naguère qui, se prenant très au sérieux, étaient aussi amènes qu’un « boleo *» mal placé.

L’approche est originale : tout d’abord, un échauffement pour dérouiller les articulations et prendre les bons reflexes de posture, ensuite un accent mis sur la communication entre partenaire de danse et le ressenti plutôt que la prouesse technique. « Pas de tango de combat chez nous » disent ils, je trouve l’image parlante. Et puis, apprendre à être à l’écoute de soi même et de l’autre ne peut pas faire de mal, surtout quand on vient danser en couple.

Je discute un peu avec Nasser, le prof, en lui expliquant que j’avais fait mon 1er apprentissage du tango il y a bientôt 10 ans (ahem, comme le temps passe...) avec les Trottoirs de Marseille mais que je n’ai plus dansé depuis près de 6 ans. Selon lui, le tango a beaucoup changé depuis et son enseignement également. D’un côté cela m’arrange, au moins aurai-je l’impression d’apprendre quelque chose de nouveau et non pas de rabâcher. Il rassure aussi mon compagnon en lui assurant qu’au cours de débutants, l’apprentissage partira de zéro pour tout le monde (je me souviens de mon 1er cours qui avait essentiellement consisté à apprendre à marcher en ligne, seul puis à deux), et se fera de manière progressive et structurée.

Le cours de ce soir est destiné aux danseurs de niveau intermédiaire ou avancé et sera suivi d’un bal. Des chaussons en papier, qui ressemblent à ceux des blocs opératoires, sont donnés à ceux qui ont des chaussures à semelles antidérapantes, pour avoir un meilleur glissé sur le parquet. J’avais prévu des escarpins à semelle lisse, me souvenant qu’on ne dansait pas en général avec ses chaussures de ville. Beaucoup des femmes présentes ont de magnifiques chaussures : talons, brides, couleurs vives…j’avoue que pour la fondue de chaussures que je suis, cela ne compte pas pour rien dans mon goût pour cette danse !!! C’est extrêmement féminin et sexy.

Durant le cours, les profs s’occupent surtout des élèves (qui, eux, ont payé leur cours, pas comme les touristes que nous sommes) et nous laissent nous dépatouiller sur la musique, ce qui est un peu déconcertant, surtout pour mon compagnon. J’aurais préféré qu’ils nous indiquent comment effectuer les pas de base afin de pouvoir « dansotter » un peu. Néanmoins, les exercices sur la prise d’appui (poids du corps à droite, à gauche,…) et la marche (donc, indirectement, sur le guidage), sont des préalables indispensables : ce sera essentiellement ce contenu qui sera donné aux 2 couples de débutants présents ce soir.

Le cours passe très vite et dès 21h30, de nouveaux danseurs arrivent pour le bal. Dès que la musique commence, j’ai des fourmis dans les pieds (un peu douloureux malgré tout à cause des talons hauts, j’ai perdu l’habitude) et une folle envie de danser pour de bon après les exercices de marche. Je finis par être invitée par un charmant monsieur pour 3 tangos consécutifs, à ma grande surprise et pour ma plus grande joie. Je redécouvre la fluidité du mouvement dans la musique, la subtilité du guidage. C’est « reposant », le tango, pour la cavalière : pas d’initiatives, juste une écoute active du cavalier pour exécuter la chorégraphie, une improvisation conjointe au fil des notes.  J’ai ponctuellement des difficultés pour comprendre le guidage ou pour rester en équilibre, mais globalement, ça va, je peux encore danser et me régaler. Je suis heureuse d’avoir été invitée, heureuse d’avoir su danser et je me sentirais bien de rester là jusqu’à très tard pour danser encore et encore. Cependant, mon compagnon ne s’amuse pour l’instant pas autant que moi, et j’ai des scrupules à le laisser se morfondre sur un banc pendant que je danse, même si je sais qu’il ne m’en tiendrait pas rigueur. Nous quittons donc le bal vers 22h30, après avoir convenu avec Nasser que nous reviendrons la semaine prochaine et les mercredis suivants avant de nous inscrire officiellement aux cours débutants, mi-septembre.

blanc,et,noir,dancing,lucia,baldini,photography,tango-ce3cbc5425adb07b24a685249974bec1_m.jpg


* boleo : figure qui consiste, peu ou prou,  pour la cavalière à fouetter l’air de son pied levé et pour le cavalier, en fonction de l’habileté de sa partenaire, à éviter une émasculation malencontreuse à coup d’escarpin…

 

16:41 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tango, danse