Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/11/2006

Sorcières, chauves-souris et tutti quanti

Soirée halloween improvisée, mardi soir, au Sunset. Apres avoir partagé une tartiflette avec des amis, nous voici en partance pour le Sunset, bar-boite aixois abritant dans sa cave au plafond voûté une partie du petit milieu goth aixois. Dans les rues, très peu de personnes déguisées, très peu de vitrines encitrouillées ou parées de chauves souris factices comme on a pu voir ces dernières années. L’engouement pour cette fête semble avoir cessé.

Néanmoins, le Sunset avait revêtu ses tentures de (fausses) toiles d’araignée, agrémentés de quelques ballons noirs et oranges. L’entrée est gratuite pour les filles, elle l’est aussi pour les gens costumés. Les news rocks de Lys, le haut de forme de Dim et ma cape en velours nous donnent ce privilège. A l’intérieur, une foule compacte et costumée, certains comme à leur habitude, certains non. C’est ce qui est marrant chez les goths : c’est Halloween et Mardi Gras confondus tous les jours.

Nous croisons ainsi, entre autres,  quelques vampires, une bonne sœur, un bourreau, la faucheuse en personne et John Merrick. ( lequel s’est vite aperçu que le drapé de sa cagoule, si elle imitait à merveille celle d’Eléphant Man, s’est avérée assez peu pratique quand il s’agissait de boire une bière…)  Il y avait aussi les rolistes recyclant leurs costumes de semi-réel, les répliques de « Pirates des caraïbes », et les traditionnelles demoiselles en corset et robes noires.

(Je croise aussi une de mes anciennes stagiaires d’Aix, une jeune nana de 28 ans qui en paraissait 10 de moins, fan de manga, qui avait la particularité de mettre les gens instantanément mal à l’aise et de prendre des cours de contorsionniste par internet. Je me souviens de mon binôme qui la trouvait bizarre ( sans blague ?) et du groupe qui la rejetait car la croyant lesbienne…je ne crois pas qu’elle m’ait reconnue.)

Quant à l’ambiance musicale, à vouloir être ; comme cette soirée, « tout public » elle ressemblait à un méli-mélo improbable faisant voisiner dans le même quart d’heure « boys boys boys «  de la célèbre Sabrina avec la non moins célèbre reprise de « sweet dreams » par Marylin Manson.

Finalement, un peu lassés du tabagisme passif mais intensif de rigueur en ce lieu, nous le quittons à l’heure où les carrosses redeviennent citrouille, un comble pour cette nuit de Samain…

 

 

 

16:15 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)