Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/11/2011

C'est moi qui suis susceptible, ou c'est vraiment du foutage de gueule?

Preuve que tout finit par arriver, j'ai enfin le rendez vous avec Pole Emploi ( que j'appelle affectueusement Paul, cette familiarité étant justifiée par le fait que nous nous connaissons depuis longtemps, on a même travaillé ensemble). Le 20 décembre : ça doit être le miracle de Noël ou quelque chose comme ça . Il m'a quand même fallu batailler ferme pour obtenir cette précieuse entrevue, étant inscrite depuis le mois de mai !

Récapitulons : en mai, libérée de ma dernière entreprise, je viens m'inscrire gentiment . On me dit "vous aurez un rendez vous avant 3 mois" . C'est ce qu'ils vendent sur le site, ok.

3 mois passent et toujours pas de rdv... Je me déplace donc voir ce qui se passe et là on me dit "ah maintenant il faut attendre la rentrée" . Forcement , on est en été, faudrait pas pousser les exigences jusqu'à demander à être reçu quand on pourrait être à la plage à la place....ou alors c'est Paul qui préfère aller à la plage, va savoir.

La rentrée arrive, et toujours rien.Entre temps, j’apprends que je suis "rétrogradée" : plus assez cool pour être suivie par Paul version cadre, je retourne chez le Paul-de-monsieur-tout-le monde. Ah ...là aussi, des mystères : après mon master (mon 2e, j'ai déjà un master universitaire), quand je m'étais réinscrite on m'avait dit "ah mais avec votre niveau de diplôme, vous dépendez de Paul cadres" (euh.. j'ai pas changé de niveau, juste de spécialité, mais RH c'est plus sérieux que psycho, sans doute). Je n'avais jamais eu de poste de cadre mais peu importe, il fallait que j'aille chez Paul-cadre. Ce que je fais. Entre temps, j'intègre un poste de cadre, que je quitte, et là, bing, plus de Paul-cadre...Et puis Paul ne prévient pas, dans ces cas, on le découvre au hasard d'un mail échangé avec la dernières conseillère qu'on y a croisé -ça demande trop de boulot sans doute d'avertir les gens de choses qui les concernent.

Donc, la rentrée. Fin août, je retourne rendre visite à Paul . Un monsieur à l'accueil me dit "ah oui, vous n’êtes plus suivie par Paul-cadres." En effet, quelle pertinence. Je demande donc qui est sensé s’occuper de mon dossier et là j’apprends qu'il n' été affecté à personne. Me voici donc dans les limbes, dossier errant sans conseiller référent... J’insiste donc auprès de l'agent pour qu'on m'affecte un interlocuteur. L'agent imprime donc une feuille, il gribouille "demande de rendez vous" au bic rouge et me dit que ça va être traité. Un jour. Délai ? "ça va être long...." Me voilà prévenue -et encouragée par la même occasion.

Novembre. Commençant à trouver le long très long, je me fends d'un petit courrier à Paul, lui rappelant que j'existe, que j'en ai un peu marre d’être dans les limbes (c'est qu'on s'y emmerde ferme, au bout d'un moment), et que c'est un gros menteur de m'avoir promis un RdV dans les 3 mois suivant mon inscription. Je remets mon courrier en main propres à Paul le 2 , (le jour des défunts, ça va bien avec les limbes).

Les jours passent et mon courrier reste lettre morte (admirez la métaphore filée), pas de trace d’enregistrement sur mon-dossier-internet, rien.

Je me fends donc d'une nouvelle visite. Je tombe sur une demoiselle, sympa au demeurant, qui m'apprend que si je n'ai pas eu de rdv suite à ma visite d’août c'est qu' "on a oublié de transmettre la demande" . (Ben voyons...) Et mon courrier du 2 ? "ah on vous a affecté un conseiller référent" Bien ! On progresse ! Et je le/lka vois quand? "ah on n'avait pas prévu de vous donner un rendez vous" (Je rève !!) Je me permets d'insister, tout en faisant des exercices de zen pour rester polie . La demoiselle note, me dit "pas avant 3 semaines" -ben oui, pas trop vite non plus, on est plus à ça près, de toute façon.

Hier, en farfouillant sur mon-dossier-internet, je découvre que , miracle, j'ai un rdv de programmé avec Paul ! Le 20 décembre (miracle de Noël, déjà cité), à 8h45 ( parce que l'avenir appartient aux chômeurs qui se lèvent tôt) .

Et ce matin, cerise sur la gâteau, une lettre de la main de Paul, me confirmant notre rendez vous au pieds du sapin, et dans lequel j’apprends que "lors de notre entretien du 2 septembre 2011" on a élaboré des trucs , que si j''ai trouvé du travail entre temps je serai bien sympa de le lui dire et que sinon "un bilan mensuel est nécessaire". Punaise, j'étais chez Paul le 2 septembre et je ne le savais même pas ! Une crise de somnambulisme,sans doute, ou alors il s'est passé un truc dans les limbes : un clonage, un sosie, je ne sais pas....Et pis un bilan mensuel au bout de 6 mois, (enfin, de 3 si je me réfère à la date bidonnée de l'entretien fictif) c'est original aussi ...

Mais plus sérieusement, je me dis : de qui on se moque ??? Est ce une pratique courante du Pole Emploi d'inventer des rendez vous fictifs pour masquer son incurie ? De faire patienter 6 mois les gens pour une entrevue de 10 minutes? C'est vraiment n'importe quoi ....

16:56 Publié dans Boulot | Lien permanent | Commentaires (4)