Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/02/2006

Vous avez dit fromage ?

Samedi soir, nous étions conviés a une " cheese party" .
Soirée fort sympathique où il s'agissait de déguster divers fromages, en buvant du vin, le tout en agréable compagnie
Passons sur le trajet à velo sous la neige tombante, et sur la façon dont j'ai failli me faire écraser par un automobiliste a central square, ce genre d'excenticité pouvant faire en soi l'objet d'un post , et revenons a nos moutons.
J'ai donc eu le privilège de goûter  du fromage fait avec du lait de yak, du "purple moon" (cheddar mariné dans du vin rouge, donnant la la surface du fromage une couleur pourpre et un parfum de vieux tonneau) ,du sage cheese, aromatisé a la sauge et arborant une attrayante couleur verte...
Etonnament, la plupart des fromages étaient très bons. Rien a voir bien sur avec ce que l'on peut trouver sur un plateau en France, plutôt une déclinaison de fromages à pâte cuite type gouda, avec différent épices, aromates et colorants, mais plein de goûts interessants, et des rondelles de baguette pour accompagner le tout -ce qui, en soi, est un luxe ici !
Pour avoir vu Wallace et Gromitt il y a peu, je comprend le joke de la soirée consistant a s'écrier "cheese" dans un grand sourire en agitant les poings a l'horizontale : ouf !

23:30 Publié dans Voyage | Lien permanent | Commentaires (2)

25/02/2006

Tourisme, version Goth

Laissant s'exprimer mes penchants gothiques, et donc ne reculant devant aucun cliché, je me suis mise en quête des
vieux cimetières locaux pour aller y faire un peu de tourisme.
J'en ai trouve principalement deux, un petit cimetière pres de Harvard, et le Granary Burial Ground, un des lieux
historiques de Boston.
Pour l'ambiance, je dirais que je préfère le 1er, plus discret, moins fréquenté. Juste des stèles entre les arbres,
pas de dalles, pas de monuments, excepté quelques tables et un ou deux tombeaux. L'essentiel des sépultures date
des annees 1700 : beaucoup sont brisées, afaissées ou effacées, mais nombre d'entre elles restent d'une fraicheur
étonante.
J'observe les motifs gravés sur les stèles, essayant d'en décoder le symbolisme. Auncune croix,
bien que nous soyons dans un lieu chrétien, mais des images renvoyant a des choses beaucoup plus archaiques.
Ici, un saule-pleureur dont les branches caressent une urne;la, des motifs en rinceaux, de fleurs, des feuilles de
lierre. On trouve aussi quelques chérubins, mais l'ornement qui revient le plus, c'est le crâne, plus ou moins
stylisé, réprésenté soit ailé, soit surmontant deux fémurs croisés. On n'oserait plus ca aujourd'hui...
J'ignore pourquoi je suis sensible a l'esthetique des cimetières -enfin, pour certains d'entre eux.
A Paris, je me suis balladée au Père  Lachaise comme dans un jardin merveilleux, en goûtant l'athmosphère toute
baudelairienne, entre les statues, les mausolées, les grands arbres. La bas, tout est oeuvre d'art ; ici, tout est
simplicité. L'influence protestante sans doute. Mais la richesse demeure si on sait observer.
C'est comme si chacune des inscriptions racontait une histoire. Pas grand chose, a la base : un nom, deux dates,
voila tout ce qui reste d'une vie bien des années après. Mais du vieillard a l'enfant, chacun de ses témoignages
donne a imaginer.

Au Granary, j'ai trouvé de très belles gravures, que j'ai pu prendre en photos. L'entrée est un grand
porche en pierre sombre, et des panneaux précisent les règles a observer .
D'autres panneaux proposent une sorte de visite guidée du lieu, en exposant les anecdotes les plus fameuses.
On y apprend que le cimetière compte beacoup de tombes de femmes et d'enfants a cause de la rudesse des
conditions de vie de l'époque. (ainsi, la plus jeune habitante du lieu y prit ses quartiers a l'age de 3 jours)
On y lit l'histoire de cette brave dame, qui, après avoir perdu un 1er mari qui lui avait fait 8 enfants, en epousa un 2e
qui lui en fit 6... les deux époux successifs et la dame ayant ensuite été places dans la meme tombe . On savait
s'amuser a l'époque,  chez les Puritains ! (c'est le mari numero 1 qui a du etre content de voir arriver un pote...)
On y trouve aussi la 1er sépulture de Paul Revere, un monument dédié à Benjamin Franklin,
et les tombes des victimes du " massacre de Boston" : 5 malheureux civils, exécutés par l'armée anglaise, et
dont la mort provoqua la revolution. Heureux endroit ou l'on considère que tuer 5 personnes est un massacre,
au regard de ce que l'on nous sert chaque jour au journal télévisé...


pour info , et point historique :
http://www.findagrave.com/cgi-bin/fg.cgi?page=gr&GRid=1499
http://celebrateboston.com/sites/granary.htm

quelques sites de photos :
http://www.nsrider.com/gallerymain/cemeteries/granary1.htm
http://www.szilagyi.us/gallery/blackandwhite/Cemetery1

23:53 Publié dans Voyage | Lien permanent | Commentaires (0)

23/02/2006

Demandez le journal !

Ici, nous avons la version Bostonienne du journal Metro.
Même principe, un quotidien distribué gratuitement, des articles courts, les grandes lignes de l'actualité locale.

L'autre jour, la 1er page proposait un article sur la contraception d'urgence, appellée ici Plan B.
Il semblerait que la firme Wall-Mart ( une sorte de compilation de pharmacie-parapharmacie, concurent direct de CVS dans le même genre) ait été poursuivie pour avoir refusé de délivrer à des femmes, pourtant munies d'une ordonnance ad hoc, ladite contraception d'urgence.
Aujourd'hui, la une est dediée au président de l' université de Harvard, démissionné pour avoir sugéré que , si l'on trouvait moins de femmes brillantes dans les disciplines scientifiques et les maths, c'était peut être pour une raison génétique. De là à imaginer que notre cerveau-pardon, notre cervelle de femme, toute impregnée d' oestrogenes et autres hormones du même genre, possèderait de facon innée les circuits qui l'amènent a l'utilsation naturelle et spontanée de l'aspirateur et des couches culotte, il n'y a qu'un pas. Mais ne faisons pas de mauvais esprit -non, non, n'en faisons pas, c'est pas le genre de la maison...
Au point ou nous en somme, j'en profiterais presque pour passer une petite annonce : jeune auteur plein de talent(s) recherche généreux mécène, qui lui pardonnerait d'avoir un cerveau qui ne soit ni fait pour calculer la taille de l'univers, ni pour tenir l'aspirateur et le biberon...

22:15 Publié dans Voyage | Lien permanent | Commentaires (0)