Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/09/2006

Addendum

 

Je rebondis sur une remarque de mon dernier post.

J'ai remarqué pendant mes petites semaines de vacances-assedic que, quand tu annonces que tu as perdu ton boulot, les réactions des gens sont en général de 2 ordres. La première « mais comment tu vas faire? «  et l'autre « et tu vas chercher dans quoi, alors, maintenant? »

Pour la 1er, c'est simple : ce que je vais faire, c'est toucher les assedics pour lesquels j'ai cotisé pendant mes années de salariat, et me mettre à rechercher un autre taf. (pourquoi? Je devrais songer à la corde ou au pistolet, me rouler par terre en pleurant, considérer que ma vie est finie parce que je quitte une boite où, somme toute, la vie n'a pas toujours été rose ces 5 dernières années?)

Ce qui nous amene à la 2e remarque : tu vas chercher dans quoi, maintenant. Comme si le deplacement ne pouvait pas être horizontal (la meme chose dans une autre boite : je change d'employeur mais pas de métier), seulement vertical (passer des concours, se reconvertir en secrétaire, en femme de ménage, en prof, en dieu sait quoi). Un peu comme si un secteur marqué par un « échec » devenait tabou.

Je trouve ça assez révélateur de la manière dont le monde du travail est perçu par les gens . Ou alors, de la manière dont mon métier est perçu (en effet, demanderait on à un cuisto s'il compte devenir plombier apres s'etre fait virer d'un restaurant....)

A contrario, les amis qui me connaissent bien, et qui sont des gens intelligents, m'ont dit « c'est le meilleur cadeau qu'ils pouvaient te faire ».

Je ne sais pas encore à quel point c'est vrai ou pas, mais je sais qu'il y a plein de choses que je ne regretterai pas de cet ancien boulot :les prises de tete avec la hierarchie, le management à la c### qui confine au harcelement moral,, les entourloupes sur les contrats, les 2 heures d'embouteillages quotidiens... Par contre, je sais pas si je retrouverai des relations aussi sympa avec les collègues : aller au boulot comme on va voir ses copines, etc... c'est une forme de luxe aussi.

12:05 Publié dans Boulot | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.